Macron sa chute dans les sondages

macron-la-chute

Le tout nouveau président de la République, Emmanuel Macron vient de subir une chute historique dans les sondages.

De nombreuses raisons à cette chute dans les sondages

Le premier terrain glissant pour celui qui devait insuffler un vent nouveau sur la politique française est celui de la Défense. En désaccord avec le chef d’Etat-Major sur le budget de l’Armée, le Président remet les pendules à l’heure en déclarant : « je suis votre chef, les engagements que je prends devant nos concitoyens et devant les armées, je sais les tenir. Et je n’ai à cet égard besoin de nulle pression, et de nul commentaire ». C’est une semaine plus tard que Pierre de Villiers démissionne, en conséquence pour certains de l’autoritarisme d’Emmanuel Macron. Une attitude mal vue par les français qui sont attaché aux militaires en cette période de forte menace terroriste. Mais dans tous les secteurs, le président semble payer ses projets. C’est le cas pour la hausse de la CSG. En un mois le chef de l’Etat perd onze points chez les plus de 65 ans. Expression sans aucun doute de l’inquiétude de la part des retraités. En ce qui concerne la mesure du rétablissement du jour de carence dans la fonction publique, cela entraîne pour Macron une chute de 18 points dans les sondages chez les salariés du secteur public. Sans oublier les voltefaces sur les mesures fiscales notamment l’exonération de la taxe d’habitation. Une mesure qui suscite l’inquiétude des maires et de certains de leurs administrés. Pour Emmanuel Macron, la fin de l’été et de l’automne s’annonce encore long avec le dossier brulant de la réforme du Code du Travail. Pas sûr qu’il puisse alors faire remonter sa côte de popularité.

la-chute-macron

Une chute dans les sondages jamais vue auparavant sous la Vème République

Tous les présidents élus ont connu une chute dans les sondages dans la première année de leur exercice du pouvoir. Cependant, ce qui est notable avec le plus jeune chef de l’Etat de l’histoire, c’est que sa baisse à lui est véritablement très précoce. En effet, dès l’été et le mois de juillet, les premiers sondages sont très mauvais. Et sondage après sondage, la tendance se confirme, le nouveau président chute lourdement. 40 % d’opinion favorable, c’est moins 5 points en à peine un mois, et c’est même moins 10 points selon le dernier baromètre IFOP. Déjà très impopulaire à la fin du mois de juillet, Macron fait moins bien que ses prédécesseurs à l’Élysée. En 2007, Nicolas Sarkozy possédait 66 % d’opinion favorable à la fin de son 3ème mois au pouvoir. Même François Hollande, pourtant devenu rapidement le président le plus impopulaire de l’histoire, contentait encore 56 % des français fin juillet 2012. Un désamour d’Emmanuel Macron qui est dû principalement aux raisons que l’on a évoqué juste auparavant. Habile dans la communication, il doit maintenant convaincre les français que ses actions sont les bonnes pour le pays. Attendons les prochains sondages pour savoir s’il a convaincu les citoyens.